Galileo sera disponible en 2014

La concurrence sur  la maitrise de l’espace et voire même le monde en termes de technologie de positionnement par satellite s’annonce déjà très rude entre le vieux continent qu’est l’Europe et les Etats-Unis. Dans un contexte longtemps dominé par les USA, avec son GPS Global Positioning System décliné en modèle GPS de randonnée, GPS marine, GPS de voiture..., l’Europe tente de combler son retard et affirme sa volonté de d’être autonome en matière de la technologie de l’espace en mettant en œuvre depuis longtemps Galileo. Galileo n’est autre que le prochain système de positionnement par satellite ou le GPS à l’européenne. Et c’est bel et bien confirmé car d’après les spécialistes de l’ESA Agence Spatiale Européenne et la commission européenne qui sont les principaux responsables du projet  Galileo sera opérationnel dès 2014, soit une année de retard par rapport au lancement du nouveau GPS Américain.

Galileo sera disponible en 2014Un projet  d’une valeur sûre pour les européens

Pour en arrivé à ce stade, les dirigeants de l’UE et ce de l’Esa ont du bataillé corps et âme car la mise en œuvre de ce grand projet ne s’avère pas facile comme on l’annonce. Sur ce, lorsqu’il est conçu avec un contexte comme indépendance technologique vis-à-vis des Etats-Unis. De plus, il y l’une des contraintes majeurs qui est la finance. Avec ces énormes problèmes rencontrés, certains observateurs sont devenus pessimistes qu’à la finalisation de ce projet. Galileo est un projet qui est déjà mis en œuvre par les dirigeants Européens depuis l’année 2000 durant une phase d’étude et de détermination de la faisabilité du programme suivi en suite par le lancement des 2 satellite Giove A et Giove B en 2005 et 2008 Giove A et B. Ces satellites ont pour mission de transférer les signaux Galileo depuis l'espace en se déplaçant sur une des orbites prévues pour la constellation de façon à garantir les fréquences réservées pour le système Galileo auprès de l'Union internationale des télécommunications. Car soulignons que le Galileo est une constellation composée de 30 satellites dont 4 seront testées cette année 2011.

Quels seront alors  les rôles de la future constellation Galileo ?

La future constellation Galileo devrait compter 30 satellites dont 27 titulaires et 3 remplaçants, postés sur trois plans d'orbites circulaires moyennes (MEO) de 23616 kilomètres d'altitude, et inclinées de 56 degrés par rapport à l'équateur ? En fait, Galileo est d’une aide précieuse tant pour les professionnels que les privées ou autres entités publiques grâce à ces services offerts par le biais des signaux émises par les satellites. Il y aura ce qu’on appelle l’Open service ou service ouvert appelé aussi  service de base. Ceci ressemble à ce que le grand public a eu accès avec le GPS d’ailleurs, c’est gratuit. On pourrait avoir une précision de moins de 4 m horizontal et de 8 m en vertical.  Quant au service commercial c’est à dire payant, les clients après payement des frais d’abonnement peuvent avoir une précision de moins de 10 cm au sol.  Le service dit vital ou service de sûreté à la vie offrira une précision identique à celui fourni par le service payant mais avec une sécurité de l’information. Il y a enfin un service de recherche et de sauvetage transmettra en temps réel, en relation avec les satellites Cospas / Sarsat, la position des victimes d'accidents aériens, nautiques ou terrestres. Le service gouvernemental quant à lui sera réservé aux organismes étatiques. D’autres applications seront en cours de finalisation comme le transport de tout genre, l’énergie, l’agriculture etc. Sans oublier la gestion de risques et les catastrophes naturelles. Sur  la ville de Toulouse était l’heureuse élue pour accueillir la concession de Galileo. Ainsi l’Europe fera un grand pas vers une prospérité technologique en termes de géolocalisation avec Galileo.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire